Retrouvez-moi dans l’Astro Gazette de la FDAF d’Octobre 2023, en page 16…

202310GazetteFDAF228.pdf

QUELS INDICATEURS POUR LA RECHERCHE EN ASTROLOGIE ?

Propos liminaires

Lors du congrès organisé par la FDAF le 16 septembre dernier et parmi les très enrichissantes conférences qui s’y sont tenues, celle d’Emilie Charton notamment a retenu mon attention lorsqu’elle a cité 3 signes (le verseau, la vierge, le sagittaire) et 2 planètes (Uranus et Saturne) comme marqueurs du thème de la recherche en astrologie.

Ayant fait de longues études dans le domaine de la recherche en biologie lorsque j’étais étudiante, j’ai été en accord avec ces notions astrologiques que recouvre la recherche mais j’ai trouvé ce choix un tantinet réducteur. Bien sûr, on ne peut toujours se montrer exhaustif lors d’une présentation…

C’est une lapalissade mais tout chercheur possède dans son thème natal l’intégralité des planètes et des signes considérés en astrologie. S’il est un véritable chercheur, et que la passion l’anime, il va mettre tout son être, toute son âme, en un mot, tout son thème au service de sa vocation : à y regarder de plus près, ne peut-on pas trouver une composante de chaque planète, de chaque signe dans les ingrédients liés au domaine de la recherche ?

Ce qui nous vient à l’esprit immédiatement…

La vierge

L’étude de l’infiniment petit, du détail, « l’auscultation au microscope » intervient naturellement lorsqu’on examine un sujet, un thème de recherche de façon précise, c’est inévitable pour présenter des résultats probants, ou en tout cas digne d’être pris en considération afin d’être discutés. Il est clair également qu’il est préférable d’adopter une méthodologie, d’une part pour que ces résultats soient reproductibles, d’autre part parce qu’il faut bien les trier, les organiser, les classer, les hiérarchiser de manière à rendre compte du fruit de cette recherche et aussi pour ne pas se perdre dans un « flou artistique » !

Le sagittaire

La recherche touche aux hautes études de l’esprit, c’est indéniable : il faut avoir une âme d’aventurier et être doté d’un leadership incontesté, avec si possible un zeste de chance, pour mener à son terme un programme de recherche. Cela nécessite une ouverture d’esprit pour dépasser avec ambition et panache les frontières du quotidien, celles du mental, de la restriction, pour se projeter avec enthousiasme telle une flèche, vers un dessein auquel l’Homme la prédispose…

Si explorer un sujet amène souvent à s’isoler pour approfondir la réflexion, il s’agit rarement uniquement de l’affaire d’un homme un peu sauvage reclus dans sa cabane au beau milieu de la foret…

Le verseau (et Uranus par analogie)

… Cela implique forcément la participation d’un groupe, avec un projet commun, avec pour toile de fond un idéal, l’espoir d’un aboutissement final. Très souvent ce travail collectif voit naître des  amitiés solides et des liens qui dépassent largement l’individu au sens strict. Cette composante uranienne permet de s’affranchir des chaînes réglementaires, des normes et de la discipline : il est bon au contraire de voir l’avenir et d’y croire, d’avoir un regard nouveau sur le monde, de faire preuve d’originalité, d’oser déranger et de célébrer l’anticonformisme. Avoir une idée à la minute, dans le but de faire progresser l’humanité et son histoire, quelle noble intention !

Le capricorne (et saturne par analogie), contrairement au verseau qui peut frôler la dispersion et qui vit pleinement dans l’effervescence du présent et de sa perception du futur, se soucie peu du temps qui passe puisqu’il en est le maître et qu’il s’en sert de marchepied pour son ambition.

Mener une recherche, quel qu’en soit le domaine, est un travail au long cours, qui nécessite sobriété et abnégation, autant que concentration, et qui conduit fréquemment à l’isolement pour « garder la tête froide », conserver le contrôle et permettre à l’esprit de s’élever, de prendre de la hauteur car ici l’ego n’est de mise qu’en tant qu’outil au service de l’innovation et de la découverte…

.. mais pas que !

Neptune en premier lieu que je n’ai pas vu mentionné : en effet que deviendrait un chercheur digne de ce nom sans son intuition ? Ce monde de l’exploration est bien trop vaste pour qu’on ne commence pas par tirer le fil d’une manière ou d’une autre !… Bien sûr multiples ont été les découvertes faites « au hasard » du hasard, mais était-ce bien un hasard, cette « forme que prend Dieu pour passer incognito » *, ou bien justement résultaient-elles d’intuitions ? N’était-ce pas le moment, tout simplement ? La société, le collectif, « Nous » n’étions peut-être pas prêts jusque-là à accepter le changement, parfois même le bouleversement, tout comme l’individu n’est parfois pas prêt à voir ce qu’on lui montre pourtant ?…

Quoi qu’il en soit, Neptune apporte sa dose de rêves grâce auxquels on peut se projeter dans un monde nouveau rempli d’imaginaire et de sensibilité, il diffuse les influences irrationnelles et immatérielles du cosmos, tel un émetteur permettant d’accéder à un monde parallèle et nous invitant à rejoindre l’infiniment grand, multipliant ainsi le champ des possibles.

Mars (et le bélier par analogie) grâce à son esprit d’initiative, son audace, qui fait fi des risques encourus, son courage face aux défis à relever et à l’ampleur de la tâche, sa droiture et sa franchise : un chercheur use de sa volonté d’entreprendre, de conquérir le monde, ose sans hésiter, échoue puis recommence ! Combattant dans l’âme, il ne renonce jamais : le découragement devant les aléas de la vie, les expériences entamées mais inachevées, prometteuses puis ratées, la déception qui envahi lorsqu’un projet porteur n’aboutit pas, que d’impondérables que le bélier affronte et dont il tire sa force !

Le scorpion saura être apprécié en matière de recherche. Il s’agit bien là d’aller aux fonds des choses, d’explorer, d’enquêter, de débusquer des données encore cachées, inconnues, que l’on pressent mais dont on n’a parfois encore jamais osé parler…

Il faut être rusé et obstiné, même savoir se méfier, ne pas divulguer le fruit de ses trouvailles avant publication, afin d’éviter par exemple toute forme de trahison. Bref il faut bien reconnaître que garder le secret est important et le scorpion est un expert en la matière. Mais surtout et en premier lieu, pour être un bon chercheur, en l’occurrence et par exemple en astrologie, il ne faut pas aimer l’astrologie, il faut l’adorer car finalement, sans passion, point d’invention !

Naturellement les Taureaux, Gémeaux, Cancer, Lion et Balance ne sont pas en reste dans cette affaire : à suivre…

*citation que l’on attribue à A. Einstein

Isabelle GENTY

28 septembre 2023

Astrothérapeute

(Vernon, près de Giverny – 27)

06.21.32.74.33

isabellegenty@hotmail.fr

Suivez, Aimez, Partagez
Secured By miniOrange